PDA

View Full Version : Pourquoi l?État Français doit-il restituer à l?État Haïtien la rançon de Charles X ?



jafrikayiti
04-24-03, 01:23 AM
Pourquoi l?État Français doit-il restituer à l?État Haïtien la rançon de Charles X ?

1) La rançon exigée fut injuste et illogique.


Les anciens colons, au nom desquels l?État Français collecta la rançon, ont tous vécus une vie de criminels paresseux vivants de la sueur et du sang d?hommes, femmes et enfants Africains qu?ils ont réduits en esclavage.

L?historien Jean Fouchard nous décrit en ces termes la vie coloniale à Haiti (St-Domingue disent les colons) : « Pour le travail de l?esclave des plantations, la tâche commençcait aux approches de l?aube et se terminait la nuit venue?.la plupart des habitants, écrit M. de Galiffet, font travailler leurs nègres au-delà des forces humaines toute la journée et la plus forte partie de la nuit » (Les marrons de la liberté, 1972). En effet, pendant plus de deux siècles, les femmes Africaines ont litéralement alaité des blancs français (petits et grands, mâles et femelles) tandis que leurs propres petits, kidnappés, violés, vendus comme du bétail, mourraient de faim, assassinés, couverts des blessures que la barbarie esclavagiste les infligeaient. « la ration hebdomadaire que prévoyait le Code noir : les 3 cassaves de manioc, le poisson ou le b?uf salé furent trop souvent un rêve proposé à sa faim. Le menu le plus courant se limitait à quelques patates bouillies et un peu d?eau?".

"Nègres jetés vivants dans les fours ou suspendus sur des bûchers?nègres dont on brule avec un tison ardent les parties sexuelles?bourrés de poudres et que l?on faisaient sauter ?nègres dont on arrache les dents et qu?on oblige de manger les oreilles coupées?enterrés jusqu?au cou, enduits de sucre, mangés par les mouches ou placés pour une mort lente et cruelle près d?une ruche à fourmis?. » (les marrons de la liberté, Fouchard).



Chers frères et soeurs Homo sapiens sapiens, c?est donc pour les remercier de ce genre de bons services rendus à notre espèce que la France éxigea qu?Haiti « dédommage » les colons chassés en 1803-04 du sol de Jean-Jacques Dessalines (paix à son âme et respect eternel à son nom!).





2) La rançon a été soutirée de force et avec une ordonnance officielle de l?état français (documents historiques encore disponibles).




L?Ordonnace de Charles X stipule : « Nous concédons, à ces conditions, par la présente ordonnance, aux habitants actuels de la partie française de Saint Domingue, l'indépendance pleine et entière de leur gouvernement » (Art.3). Donc, il s?agissait bel et bien de l?exigence d?une rançon en échange de libération consentie du joug français (esclavagiste). Que se taisent donc tous les magouilleurs (blancs, noirs ou confus) voulant aujourd?hui encore maquiller cet acte de zenglendisme avancé d?une même « très quelconque » légitimité.



3) L?acte criminel en question causa des tords évidents et énormes au peuple Haïtien, ceci sur plusieurs générations.



« Les habitants actuels de la partie francaise de Saint Domingue verseront à la caisse fédérale des dépots et consignations de France, en cinq termes égaux, d'année en année, le premier échéant au 31 décembre 1825, la somme de cent cinquante millions de francs, destinée à dédommager les anciens colons qui réclameront une indemnité » (Article 2).



Un des très francophiles hommes à la peau noire de mon pays alla récemment jusqu?à comparer la rançon de Charles X, citée ci-haut, aux indemnités négociées entre colons Anglais, lorsque certains d?entre eux choisirent de se dissocier de l?empire pour former les États Unis d?Amérique du Nord. Ce compatriote, érudit de très petite histoire, écrit à l?actuel Président de la République d?Haiti, pour l?informer d?avoir commis une erreur grave en éxigeant restitution de la République française « Pendant des années, certes, nous avons refusé de payer les 12 millions, préférant voir accumuler les factures jusqu'au président Dumarsais Estimé qui, en 1949, mit fin à la dette. 56 ans après nous demandons à la France de nous restituer ce qui a été payé avec honneur, au prix d'or » écrit-il, avant de s?indigner et menacer la nation entière de déportation « Et si la France nous prend au mot, ne peut-elle pas après, à son tour, se sentir en droit de réclamer la restitution des terres, de tout notre territoire, au nom des descendants des fermiers dépossédés, de nous remettre à nouveau en état de colonie, nous transformer en Département ou Territoire d'Outre-Mer (DOMTOM), et demander à ceux qui ne le désirent pas de retourner chez leurs ancêtres en Afrique, avec le pognon? ».



Non-obstant les nombreux détails historiques très intéressants que nous révéle le texte du compatriote, journaliste de son état, ce n?est point le président Estimé qui mit fin à la « dette » (rançon). Le tout dernier versement de celle-ci fut payé en 1922, sous la dictature mûlatrokkkratique de Louis Borno, doublée d?occupation États-Unienne. La dette qui fut liquidée par le Président Éstimé en 1949 était « due » aux blancs des Etats-Unis d?Amérique du Nord, qui eux, sont débarqués en 1915 pour établir des deux côtés de l?île une série de dictatures mûlatokkkratiques pour défendre leurs intérêts. Notons, qu?avec cette occupation Etats-Unienne, revînt la corvée (esclavage des Noirs forcés de construire des routes pour les occupants blancs et administrateurs mûlatres). Le grand homme de lettre et militant Afro-Américain James Weldon Johnson nous a laissé une immensité d?information sur le pillage du trésor public Haitien effectué à l?époque par les yankees. Voyez : www.windowsonhaiti.com (section histoire). Ainsi, il serait justifié de conclure que la dette payée par Estimé en 1949 fut elle aussi une abbération. Mais, de grâce, ne mélangeons pas les choses, et revenons à la rançon de Charles X collectée par l?État Français de 1825 à 1922.





4) Ce vol à main armée déshonore la France. La restitution constitue un premier pas indispensable vers sa réhabilitation aux yeux des gens civilisés. Tout refus d?honorer cette obligation morale, légale et historique en fait un état voyou, dans le vrai sens du terme.



Je risque ici de déplaire amèrement mon compatriote très francophile qui affirma que Jean-Pierre Boyer fut un « président (mal connu) qui n'aurait jamais accepté de payer pour l'Indépendance, mais qui s'est soumis à l'idée de dédommager des propriétaires pour des habitations et des biens privés ». M. Ady Jean-Gardy ajouta, pour défendre les Gaulois qu?il apprit tôt à aduler grâce à Astérix, Tintin et les chansonnettes de la Métropole qui ont égaillé aussi bien son enfance que la mienne : « Nous n'avons pas dédommagé l'État français, mais des fermiers privés pour des terres privées. Les terres et locaux qui appartenaient à l'État français ne faisaient pas partie des biens à dédommager. » ;



Or, en plus du fait que le butin fut éxigé et collecté par l'État Français pour ses coffres, l?histoire du 19ième siècle nous rapporte le faits incontestables que suivent:



1825: le roi français Charles X a bel et bien imposé à Haiti une ?rançon? de 150 millions de Francs or pour la reconnaissance de l?indépendance d?Haiti.

1838: la France reconnaît l?indépendance d?Haiti, après recette des premiers versements de la rançon (simple coincidence?).

1848: la France aboli enfin l?esclavage sur les térritoires qu?elle déclare siens.

1853: VOL À MAIN ARMÉE ! L?Amiral français Duquesne menace le bombardement de Port-au-Prince afin de forcer le rétablissement des paiments de la rançon de

1825. Ces derniers avaient été stoppés en 1852 par entervention de l?empereur Haitien Faustin Soulouque.

1857-1900: les É.U. interviennent 19 fois dans les affaires haitiennes, souvent par ?diplomatie des connoniers?. ( Suivant l?exemple du VOL À MAIN ARMÉE DE LA FRANCE !)

juillet1861: aggression de cannoniers espagnols contre Haiti ? Prétexte: les Haitiens sont suspectés d?appuyer les généraux Dominicains Cabral et Sanchez qui resistaient l?annexation de leurs territoire par l?Espagne.

1861-1865: l?Espagne annexe la République voisine sur invitation de la minorité blanche et mulâtre qui la contrôle : Craignant un retour de l?esclavage sur l?île, Haiti appuie les forces anti-Espagnoles à regagner l?indépendance de la République Dominicaine. (HBC, p183)

[1862: fin de l?esclavage racial ?légalisé? aux É.U. et reconnaissance diplomatique de la République d?Haiti, par les É.U.].

1872: Aggression de cannoniers Allemands contre Haiti.

1877: Mars- Aggression de cannoniers Français contre Haiti. Prétexte: relancer les payments de la rançon de 1825 ? balance estimée à 20 millions de Francs-or.
Décembre: Nouvelle aggression des cannonniers Espagnols. Prétexte: Haiti suspectée de porter assistance aux forces anti-esclavagistes de Cuba.

Août 1883: au milieu d?émeutes populaires qui paralysent Port-au-Prince, les représentants diplomatiques de France, Grande Bretagne, Allemagne, Belgique, Espagne, Hollande, Norvège et Suède signent un ultimatum commun dans lequel il menaçent le président haitien Lysius Féllicité Salomon de bombarder le palais national du pays.




5) La non-restitution à Haiti de l?infâme rançon de Charles X menace, en plus de déshonorer la France, de sonner le glas d?une francophonie internationale en agonie, qui repose aujourd?hui principalement sur le dos des anciens peuples colonisés et esclavagisés du continent Africain.



À un moment ou les Noirs de la planête deviennent de plus en plus conscients du double jeu de la France et des autres pays négrophobes qui tiennent un discours amical tout en agissant en ennemis redoutables des peuples Noirs, la France à intérêt à poser le premier geste noble que sera la restitution des 21 milliards de dollars éxigés par l?État haitien, le 7 avril dernier.



C'est la leçon à tirer des conférences de Durban (Afrique du Sud, 2001) et de Barbade (2002) ainsi que des déclarations du Chef de l'État Haitien, le 7 avril 2003, commémorant le bicentenaire de l'assassinat par privation de nourriture de Toussaint Louverture par la France.



Voyez aussi un excellent texte intitulé « MESSIEURS LES SENATEURS,LES NOIRS NE SONT PAS DES ANGES» du courageux politicien français Louis Sala-Molins qui indique clairement pourquoi les excuses brandies pour ne pas effectuer la restitution ainsi que les réparations dues ne tiennent pas debout.

http://www.wasadugu.org/rd.php3?id=600772



En effet M. Sala-Molins « si ce crime est imprescriptible, le temps court toujours du châtiment? » !




Jafrikayiti
«Depi nan Ginen bon nèg ap ede nèg!»
http://www.i-port.net/sd-in-j/ hw5

KAKAKOK
04-24-03, 02:12 PM
PÈRE, PARDONNE-LEUR ? JEUDI 24 AVRIL 2003

?Jésus dit: Père pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu?ils font.? (Luc 23.34)

Peu de paroles des Écritures ont résonné au cours de l?histoire avec la puissance et l?intensité de cette brève prière où Le Christ demande Au Père de pardonner à ceux qui Le crucifiaient. Quel incroyable témoignage de Son amour incessant et inconditionnel pour l?humanité tout entière! En prononçant ces mots dans des conditions effroyables, Jésus a donné au monde un immense exemple de ce qu?est le vrai pardon.

panoramix
04-25-03, 03:04 PM
Jesus a aussi dit: "Rendez a Cesar, ce qui est a Cesar!"

Ki vle di, France kalem lajan'm.

France= Voleur, Voyou...

Give Haiti back the money you stole

KAKAKOK
04-26-03, 10:48 PM
1) «Aux yeux de la masse ignorante des Noirs, le drapeau tricolore symbolisait l'union des trois classes de la colonie: les Blancs, les jaunes, les Noirs. D'un geste vif, Dessalines supprima la couleur blanche». Catherine Flon aurait alors réuni les bandes bleu et rouge et les aurait cousues en utilisant ses cheveux comme fil.(1)

2) La deuxième version veut qu'une fille de Dessalines fut maltraitée par un colon sur l'habitation duquel elle serait restée comme servante dans le but évident de rapporter ce qui s'y passait. Dessalines ayant vu sa fille en sang, aurait déchirée sa jupe bleue, pris son foulard rouge et demandé à Catherine Flon de les réunir en s'exclamant: «Jamais, plus jamais, un Francais ne frappera nos filles. Liberté ou la mort». On présente en faveur de cette version l'argument que le bleu du drapeau haïtien ne serait pas identique au bleu francais.

(1) J.C.Dorsainvil, Histoire d'Haïti.

KAKAKOK
04-26-03, 10:55 PM
Provient du message de panoramix
Jesus a aussi dit: "Rendez a Cesar, ce qui est a Cesar!"

Ki vle di, France kalem lajan'm.

France= Voleur, Voyou...

Give Haiti back the money you stole

et a Dieu ce qui est a Dieu ......C'est la mon probleme je ne veux pas que cette somme tombe aux mains de Cesar .Les mains de Cesar sont sales et les dwets de Cesar sont top longs .:eek: :eek: :eek: hwb4 :D :confused:

ROGER
04-27-03, 11:43 AM
"Aux yeux de la masse IGNORANTE des noirs"?
Cette masse de noirs était ignorante par rapport à qui?
Peut ètre l'auteur de ces lignes considérait ces noirs ignorants ,parce qu'ils ne savaient pas lire et écrire.
Combien de soldats dans l'armée française savaient lire et écrire?
Je vous assure ,pas plus de 10 à 15 %.
L'analphabétisme était la norme dans les armées du début du 19ème siècle.
Encore cette FRANCOPHILIE de malheur.
Cette francophilie doit ètre combattue sur tous les fronts.Elle a contribuée à nous donner cette société d'apartheid (d'après le mot de JAF).
Regardez comment ont réagi le sieur Addy Jean Gardy et l'organe de la réaction MétropoleHaiti.
On remarque une certaine joie de la part de Métropole pour signifier que le Quai d'Orsay a donné une fin de non recevoir à la demande de restitution de la "dette" de l'indépendance.

Métropole d'ajouter que la raison du plus fort est toujours la meilleure.
Pas toujours Métropole.
Si c'était le cas Métropole ,l'Allemagne n'aurait pas versé des milliards de Dollars à l'état Juif ,comme réparations contre le crime de l'Holaucoste.
Et l'état Suisse qui est en train de verser 1,2 milliards aux juifs dont la fortune avait été confisquée et se trouverait dans les banques helvétiques.
Le combat pour la restitution est un combat idéologique et financier.
L'état français veut banaliser le 200ème anniversaire de notre indépendance .Il utilise tous ses agents(voir l'article de la revue que certains africains appellent JEUNE-A-FRIC).La France utilise aussi ses agents domestiques.

A BAS LES FRANCOPHILES ,AGENTS D'UNE FRANCOPHONIE(FRANCOFOLIE?) EN AGONIE.

KAKAKOK
04-27-03, 11:57 AM
JEAN CLAUDE DUVALIER apres 16 ans d'exil en france sans acces aux fonds de la teleco est devenu un petit moins imbecile que Jean bertrand Arristide.Il comprends mieux les relations internationales.
Profitant de la tension franco- Americain sur la politique dans le Gofle, l'arrogance et lles faillies diplomatiques de de JBA , BABAY DOC arrange ses valises en disant aux Francais : " CE PROCES N"AURA PAS LIEU > LE PROCES DE LA DETE DE L'INDEPENDANCE.
Donc la France et les USA vont a nouveau et comme toujours " vale divin sou do Ayiti.
A cote d'un probleme serieux comme la longueur des " dwet "des lavalassiens .Un diplomate Francais anti noire a declare que la France ne doit rien a Haiti ,la France ne faisait que collecter largent paye a l'Espagne .
Jaf , anti-blance devant pe letenel,neg ka fouye listwa et qui reste indifferent au present . ki sa'w ou di nan tout sa ?.
Mom problem ce n'est pas qui va payer c'est qui va collecter au nom de qui ?
Pourquoi La France ?
Hier en 1994 quelle a ete le prix a payer pour recghouquer JBA ?
Du cote de Milot les Americains ont exploite et exporte une quantite importante d'or sous les yeux d'un petit magistrat dechiuquer anti-blanc Moise Jn Charles.
Le petit ournal Jeune Afrique annonce deja les couleur " fet la gate " Oui on pense pouvoi editer 1804 avec uniquement des dicours anti blanc et des slogants ronflants d'un demgues a l langue de viperes NOU DEJA NAN KK .

LA SOLUTION !!!....>>>>>>A BIENTOT>>>>>>>>>>>>>>>>>@
http://www.haitiwebs.com/kakakok/

jafrikayiti
04-27-03, 12:30 PM
"Aux yeux de la masse IGNORANTE des noirs"?

Roger, c'est bien là que se situe le drame de notre peuple. Nous avons gagné une bataille importante en novembre 1803. Mais ce ne fût point la fin du combat. Jean-Jacques Dessalines (paix à son âme et respect éternel à son nom) nous a tous averti le 1 janvier 1804 que nous devions continuer à lutter pour notre liberté. Il nous fit remarquer que le "nom français lugubre encore dans nos rues, le nom de nos villages, nos lois, nos meurs...." et il oublia de mentionner "nos têtes".

Oui Roger, cette toute petite phrase de Thomas Madiou est symptmatique d'une pathologie qui affecta grand nombre de nos écrivains de 1804 à nos jours. "Aux yeux de la masse IGNORANTE des noirs" .... donc, Dessalines lui-même, ses meilleurs généraux et toutes les générations de Noirs qui viendront après...sauf lorsque assez chanceuz pour avoir connus les bancs de l'école, l'Haitien est considéré membre d'une "masse ignorante". Est-ce pourquoi Jean-Pierre Boyer cru bon de fermer les portes des écoles publiques - donc maintenir cette "masse" en dehors de choses du pays "moun andeyò".

Or, qui a toujours montré la route dans les moments les plus glorieux de notre histoire de peuple?

Avant 1791? - Les "masses" avec Plymouth, Makandal, Kebinda, Boukman etc..

En 1791 ? à Bwa Kay Iman: Les masses en core une fois!

Tandis que les Affranchis allaient quémander en France leurs droits civils et politiques (c'est-à-dire de pouvoir agir comme les blancs esclavagistes), se sont des éléments de cette "masse" qui montraitle chemin de la liberté noble et véritable.

en 1806: Qaund le père de la Nation fut assassiné, un vaillant mûlatre Charlotin Marcadieu sauta à son secours. Mais il était dejà trop tard, Pétion et Christophe avaient déjà commis le crime odieux qui plongera notre nation vers son déclin. Vite Christophe se rendit compte que l'on voulait faire de lui un pantin "president popetwèl" et c'est le début de la guerre civile...

Cette "masse" que Dessalines respectait et dont il était le père...c'est elle qui faisait trembler l'occupant Américain, elle qui marchait avec Daniel Fignolé et elle encore qui en 1991 revînt en force sur la scène. Et toute les machinations qui ont lieu aujourd'hui à l'OEA, Washington, Paris, Ottawa, Santo Domingo....elles ont lieu pour bloquer la route à cette masse. Cette masse que défendit Jacques Roumain, Jean Dominique, Antoine Izméry, Guy Malary, Jean-Marie-Vincent... Cette masse qui n 'a jamais bénéficié des merveilles de la Renaissance (puisqu'elle portait des chaines à l'époque), de la Révolution Industrielle (puisque repoussé "an deyò" sans terres, sans écoles ni hopitaux ni routes et dirigé par des Affranchis aveugles et francofous)...et qui est en marge de rater la révolution technologique et des connaissances à porté de tous...puisque des Affranchis modernes complotent avec IRI, le FMI, la Banque Mondiale, la France, les plus réactionnaires des Américains pour la maintenir "IGNORANTE".

Non, la lutte ne date pas d'aujourd'hui et elle n'est pas celle de Jean-Bertrand Aristide mais celle d'une MASSE de plusieurs millions d'hommes, femmes et enfants - à travers plusieurs générations.

Si aujourd'hui des Haitiens agissent en "FRANÇAIS MARRONS" pour défendre les intérêts du colon et de ses fils, c'est comme au temps de l'esclavage ou nous dit Malik Shabbaz el Shabbaz (Malcom X) certains nègres confus pleuraient "Maître, Maître, Notre maison brûle!". Cherchez les ignorants!