PDA

View Full Version : Réflexions utiles ...



TiCam
03-19-07, 06:54 PM
DE L'AMOUR

Dis-moi comment tu te comportes face à une fin de relation amoureuse et je te dirai qui tu es.
Si cette rupture te porte à détruire l'image de l'autre pour le seul motif de ton orgueil blessé, si tu lui donnes des défauts qu'il n'a pas, si tu préfères le voir mourir plutôt qu'éloigné de toi, alors tu n'as jamais rien compris à l'amour.
Même au sein du désespoir le plus profond, le vrai amour est générosité et compassion.

DE LA GESTION DES RUPTURES

Tu l'aimes.
S'il (si elle) ne veut plus que tu partages son univers sentimental, ta tristesse est légitime. Tu croyais avoir construit une relation durable et tu te rends compte aujourd'hui du contraire.
Tu respecteras pourtant son choix. Et tu prendras le temps qu'il faut pour faire le deuil de cette relation à laquelle tu tenais. Les amours humaines ont comme nous leur durée de vie. Vivons pleinement le bonheur d'aimer et d'être aimé, cela peut faire de nous des gens heureux dans les unions et sereins dans les séparations. Et mieux vaut d'ailleurs une année de bonheur qu'une longue vie à deux faite d'ennui et de désespérance.
Si tu étais heureuse(x) avec lui (elle), tu dois maintenant accepter de le (la) voir heureux(se) sans toi, comme tu dois continuer à l'être sans lui (elle).
On ne doit pas renoncer au bonheur à cause d'une histoire d'amour qui prend fin. Au cours d'une vie on peut être appelé à en vivre plusieurs, les unes plus belles que les autres.
L'arbre d'amour fleurit par toutes les saisons, et à tous les âges. Et ses fleurs, souvent éphémères, peuvent parfois durer aussi toute une vie. Elles surgissent souvent à l'improviste, parfois quand nous n'y croyons plus, pourvu seulement que notre terre soit fertile en idéaux, en rêves et en chansons.

DE LA SOLITUDE

Homme, Femme, apprends l'importance de la solitude, ton destin éternel !
Méfie-toi des hypothétiques fusions, des communions idéales : tu es et demeures ton meilleur compagnon, l'autre moitié de toi-même.
Avant de rechercher l'amitié ou l'amour de quiconque, vis en harmonie avec toi-même.
Apprends à te connaître, à t'aimer tel que tu es, car c'est en t'acceptant, en essayant de te comprendre toi-même, que tu pourras aimer et comprendre tant soit peu les autres.
Au coeur de la plus grande allégresse ou désespérance, partage d'abord avec toi-même ta joie ou ta tristesse. Sois fidèle à toi-même inconditionnellement.
Apprends aussi cependant à gérer ta complaisance envers toi-même, car elle pourrait te conduire à ta perte.
Ne vis pas ta solitude comme un mal mais plutôt comme une grâce, une richesse qui est souvent source de création, d'épanouissement personnel, de libération..
Etre jaloux de sa solitude tout en restant ouvert au monde !


DE LA VIRILITE

Question complexe s'il en est que celle qui touche à la sexualité masculine !
Contrairement aux autres espèces animales qui ne vivent leur sexualité que selon leur instinct, les êtres humains dans le vécu et l'expression de la leur subissent non seulement l'influence de la tradition, de l'éducation, mais aussi celle de leur imaginaire.
Le contenu que le contexte social investit dans le concept de virilité, notamment le souci et souvent même l'obligation de la performance, engendre une psychologie, détermine des comportements et influe sur la manière d'être et de penser des hommes.
Dès leur plus jeune âge, les garçons apprennent à ne pas montrer leur état d'âme, leur sensibilité : « Sois un hommes ! Un homme ne pleure pas ! » « Sois fort, se gason ou ye ! ». Donc l'obligation d'être fort, et viril au quotidien. La hantise de la performance marque de plus une vie sentimentale dans laquelle toute défaillance est vécue comme une infirmité du point de vue de l'intéressé comme souvent aux yeux de sa partenaire et de la société. Cette dimension sociologique de la représentation et de la fonction du masculin engendre des frustrations multiples et contribue à détruire de belles histoires d'amour qui, dans un contexte social différent, auraient pu s'épanouir harmonieusement.
Pour se libérer de ces carcans, la gent masculine gagnerait à cultiver la part de féminité que tout homme abrite en lui, à ne pas s'opposer à la libre expression de la sensibilité, de la tendresse, au lieu de les étouffer derrière la froideur et la dureté qui seraient des qualités masculines ! Dans le domaine de la vie sentimentale, elle gagnerait à être plus inventif au grand dam de la gent féminine !
En nous inspirant des positions avant-gardistes prises par Daniel CONBENDIT dans un article paru dans le quotidien Le Monde, il y a quelques années, pour contester le principe du recours à tout prix à une nouvelle pilule prétendue «miraculeuse » en termes de régénérescence de la virilité perdue, on aurait envie - pour relativiser les problèmes liés à cette question taboue - de s'écrier :
« - Messieurs, apprenez à envoyer vos femmes au septième ciel par des tendresses et des caresses et vivez sans complexe vos limitations, ce sera moins dramatique pour vous et moins frustrant pour elles ! »
A ne juger un homme que selon l'enflure de sa braguette, les femmes s'exposent à un grand malheur : celui de se retrouver devant une brute qui se sert de son sexe comme d'un fusil et ne sait pas quoi faire avant et après avoir tiré son coup !
La sexualité est une composante importante de la vie humaine. Chercheurs, médecins, psychologues se sont penchés sur cette question pour en faire un sujet de recherches, d'études, donnant naissance à la sexologie et aux thérapies de couple. Mal comprise, mal gérée, mal vécue, elle peut empoisonner des vies et de ce fait avoir aussi des répercutions négatives sur la vie sociale en général. Que de gâchis auraient pu être évités par une approche démystificatrice de cette question !
La communion sexuelle représente le point culminant de la rencontre de deux êtres qui décident de partager, dans un élan de confiance réciproque, leur intimité dans son aspect le plus authentique, et donc le plus vulnérable. Elle est le lieu où l'on découvre la vérité de l'autre. Et aucune vérité intime qui ne se partage sans risque : celui de l'acceptation ou du rejet, processus qui se réitère à chaque approche. Tout engagement sentimental est soumis à cette angoissante épreuve, même le mariage religieux en dépit de son serment de fidélité éternelle. Cela nous éclaire sur le choix de certains célibataires - déserteurs de l'engagement et de ses servitudes - qui se réfugient souvent dans des relations sans lendemain, par peur de courir ce risque, se privant du même coup de la joie et du sentiment de plénitude que pourrait leur apporter une union épanouissante dans la durée, en dépit des contraintes liées à l'existence d'un contrat tacite ou explicite entre les partenaires.
Prendre « le risque » d'aimer est la plus merveilleuse des aventures ! Et dans le cadre de ce que Chritiane SINGER appelle « le miracle de chaque rencontre », la perte, en cours de route, de la sacro-sainte virilité devrait occuper une place plutôt secondaire, pourvu, bien sûr, que l'attention et la délicatesse envers l'autre soient au rendez-vous.

Source: Le Nouvelliste

Ambrosia
03-20-07, 12:45 PM
L'amour sans imagination n'a aucune chance, l'amour sans sensualite n'est que sexualite, il n'y a pas de ruptures sans la tristesse ou colere ensuite vienne les doutes et les insecurites, pourquoi l'autre ne veut plus de moi? je suis trop laid? a-t il rencontrer quelqu'un d'autre? mais avec le temps on realise que les ruptures font partie de la vie et on les gere mieux.

lepicure
07-08-07, 10:23 AM
good stuff!
J'ai commence a lire, puis je me suis trouve a boire tes articles avec engouement. Je n'aurais etre plus en accord avec toi.

love_jenny
07-31-07, 02:54 AM
Ah ok, je vois !!! Mais c'est quoi le but ???

Al Saqr
07-31-07, 08:50 AM
Le meilleur article du nouvelliste depuis longtemps !