• Championnat National de D1 : Des fans protestent à Saint-Marc



    Des milliers de fans du Tempête FC et de Baltimore SC ont investi jeudi les rues de la ville de Saint-Marc pour protester contre les décisions prises par la Commission d’Organisation des Compétitions Nationales (COCON) à l’encontre de l’équipe « belle colonne » suite aux incidents survenus lors de la rencontre Tempête-Valencia de Léogâne (2-1) discontinuée à quelques secondes de la fin.

    Après plusieurs considérations, la COCON avait pris les décisions suivantes: « Le Tempête FC perd le match par trois (3) buts à zéro. Le Valencia de Léogane gagne le match par trois (3) buts à zéro (0).

    La COCON blâme le comportement des fans du Tempête FC. Ce dernier reçoit ses prochains matches soit au Parc St-Louis de Mirebalais soit au stade Sylvio Cator situé à Port-au-Prince. Et Le dossier sera transmis à la Commission de Discipline pour les suites appropriées », lit-on dans la conclusion de la correspondance adressée par la COCON aux dirigeants du Tempête FC.

    Les manifestants ont lancé des propos hostiles et malsains à l’égard de certains membres de la Fédération Haïtienne de Football et particulièrement à l’endroit des autorités de la COCON «Tempête pa pitimi san gadò. Nou pap pran sa a nan men COCON. Vle pa vle Senmak ap rete mèt foutbal la », voilà entre autres certains propos scandés par les fans.

    Réagissant à cette manifestation, le Coordonateur général de la COCON a qualifié d’antisportif ce geste. « Dans le football, on prône toujours le fair-play. Je comprends très mal ce geste et c’est antisportif un tel comportement », a fait savoir Patrick Massénat.

    De son côté, le Secrétaire général du Tempête FC tient à expliquer que les dirigeants du Tempête FC et ceux de Baltimore SC ne s’étaient impliqués ni de près ni de loin dans ce mouvement. « Les dirigeants ont tout tenté pour empêcher cette manif mais en vain. J’ai la feuille du match mentionnant le score final de la rencontre (2-1) en faveur du TFC», a expliqué Ernst Benji Joseph avant d’ajouter :

    « Nous allons certainement en appel pour contester cette décision qui ne tient pas compte en réalité de l’ambiance qui régnait au parc Levelt. Selon certaines personnes, le policier qui avait lancé du gaz lacrymogène est un Léoganais cantonné au commissariat de Saint-Marc ».

    Pour finir, Benji s’interroge : « Est-ce que les autorités de la COCON avait mené une enquête sérieuse pour vérifier la véracité de cette information » ? Ajoutant : « Peut-être, ils veulent à tout prix faire gagner le Valencia ».


    Source: LeNouvelliste